jeudi 30 août 2012

Sortez les Ducobu de l'École, S'Ils Veulent!


Comme on sait l'élève Ducobu s'est mis dans la tête qu'il est nul en maths. Notemment il n'arrive pas à comprendre quel est le produit de six et sept ou pourquoi ça ressemble au produit de quatre et dix augmenté de deux. S'il était vraiment mal doué pour les maths?

En révenche il aime les arbres. Tellement qu'il déteste voir le papier gaspillé dans l'école. Et pour Ducobu c'est gaspillé, puisqu'il n'y apprend pas les maths, ni grande chose en ortho, ni grande chose en histoire (sauf celles qui sont sérialisées en Pif Gadget) ...

Ayant été professeur il y a une décision administrative dont je suis fier: d'avoir mis avec les autres professeurs un Ducobu, très gentil, un peu méprisant avec moi, mais ça va, je ne lui en veux pas (j'ai eu des pires ennemis que des gens gentils un peu méprisants: genre gens trop gentils trop méprisants de mes droits, et ça, ce n'était pas lui). Son professeur préféré était celui de fabrication en bois. Et c'est aussi lui qui a suggéré ce que j'ai presque applaudi: il allait la plupart des heures chez un cuistot.

Là il était mieux que chez moi. La dernière leçon que je l'ai eu, il s'était fortement trompé sur un problème mathématique, pas par un seul faux calcul, mais simplement en se trompant sur quel calcul qui était à faire selon la problématique de maths appliqués. Peut-être faisait-il semblant pour vérifier que je n'étais pas totalement stupide. Il y en avait qui le faisaient à l'époque, il y en a eu après.

Et sans eux dans l'école il y a peut-être des rats de bibliothèques qui ne passent plus pour des bûcheurs? Qui peuvent s'adonner aux leçons des sujets qu'ils aiment?

L'obstacle est Jules Ferry. Il a rendu le collège obligatoire. Je viens de lire un article où sa morale était exemplifié par la phrase:

"On doit se donner de mal pour aider les autres."

Et si la bonne morale était plutôt qu'on doive faire bien ou donner du bien aux autres pour les aider ou pour les rejouir?

Le pauvre Latouche est par contre supplicié par la morale de Jules Ferry: il se donne vraiment du mal pour faire comprendre à Ducobu que 6 * 7 = 42 ou parfois plutôt pour lui faire passer le message qu'en l'ignorant il sera une grande nulle dans la vie. Et ça se traduit en des rhythmes scolaires stressés pour tous. Y compris pour Élodie Gratin.

Hans-Georg Lundahl
Mouffetard/Paris
30-VIII-2012

3 commentaires:

Hans-Georg Lundahl a dit…

Aussi publié sur:

le blog encyclopédique
Trivium, Quadrivium 7 c.

Hans-Georg Lundahl a dit…

Désolé, en 1959 Jules Ferry était déjà mort. Mon erreur. Mais au moins jusqu'à 11 il a rendu l'école obligatoire, c'est déjà mal.

Hans-Georg Lundahl a dit…

Il y a quelques années, j'avais demandé à une bénévole "à partir de quand est-ce que l'école est obligatoire jusqu'à 16" et ensuite à clarifier, "non, je ne voulais pas dire à partir de sept, mais à partir de quelle année".

Ces bénévoles n'avaient pas une bonne vision ni de mon français, ni de ma curiosité historique. Deux choses essentielles pour des écrivains, pourtant.

Peu étonnemment, ils n'ont pas une très bonne vision de moi comme écrivain non plus.