samedi 28 avril 2018

Prophétique, Hypsis?


Les Foudres d'Hypsis contient un blasphême contre la Sainte Trinité.

J'ai arrêté la lecture là.

La figure qui est censé "représenter" Dieu le Père a un caractère plutôt de Zeus - un jeteur de foudres ... je refuse d'entrer dans les détails pour les deux autres Personnes.

Or, l'album contient aussi un scénario dans lequel une catastrophe nucléaire est évité, désamorcé, en ... 1986. L'année suivant celle de la publication.

Il y a eu une explosion nucléaire, une Fusion du cœur d'un réacteur nucléaire, en 1986. Treize jour après que "Jean Paul II" visite la synagogue de Rome, les amis de Schlomo et d'autres .../HGL

vendredi 27 avril 2018

Valérian - lectures et relectures


Je viens de lire mon premier Valérian, quand mon grand-père était en train de mourir (il était hospitalisé, ça traînait, et il y est mort). L'Ambassadeur des Ombres, en traduction suédoise.

En fait, cette BD et Bienvenu à Alflolol font partie de mes lectures très chéries à cette époque et plus tard, comme à l'adolescence Les Héros de l'Équinoxe. Les relire me fut un plaisir l'autre jour, mais d'abord des lectures que je n'avais pas faites: Les Oiseux du Maître et L'Empire des Mille Planètes.

En lisant ça, comme adulte, je me rends compte comment Christin et Mézières sont préjugés contre le Christianisme, probablement aussi contre les interprétations Théistes du Judaïsme, j'imagine que le Kabbaliste à Brooklyn (autre lecture non de mon enfance) doit être un Kabbaliste lurien ou qqc comme ça.

Le bien dans Les Oiseaux du Maître, les gens tamponnés comme fous sont reconnus comme ne pas l'étant. De ce côté, le bouquin est ou a une dimension antipsychiatrique.

Par contre, quand on explique ce que c'est "le Maître", c'est l'explication freudienne-marxiste du pourquoi la religion. On croirait alors, des choses comme ce maître, par une faiblesse psychique, par une insécurité ou quelque chose ... sauf que dans la BD, il y a un monstre réel, prêt à physiquement parasiter sur ces gens là.

Ou, dans l'Empire des Mille Planètes ... les Connaisseurs sont des prêtres tels que présentés par la thèse de Draper-White : avides de tenir d'autres en obscurantisme, comme le seraient les prêtres catholiques selon une théorie forte complotiste au moins autrefois très populaire parmi les franc-maçons. Ils finissent de libérer Syrte la Magnifique de leur présence (d'ailleurs en souffrance) en se suicidant.

Je suis heureux de ne pas avoir été fan de ces deux BD là ... d'avoir loupé ce quasi purin d'anticléricalisme.

Avec soulagement, je me tourne vers des choses plus pures, quoique pas entièrement, peut-être ...

Les Alflololiens vs les Terriens sur Technorog ... j'étais et je reste fermement Alflololien. Comme je considère aussi que "la Terre" sur Point Central complotait un take-over assez néfaste. Si la Conquête espagnole de l'Amérique n'avait rien été sauf ce genre de commercialisme aggressif, j'aurais été contre : en fait, elle comprenait une fin, assez heureuse, à des sectes vraiment néfastes, capables à rivaliser avec "le Maître" ou les "Connaisseurs" en malfaisance.

Ça dit, en l'Ambassadeur des Ombres il y a pas mal de sensualisme, par bonheur j'en ai loupé un peu de ce côté par le fait de l'avoir lu impubère, et les Alflololiens utilisent de la magie ... en étant mortels ...

Mais, les bons points, pour moi, prévalent, dans ces BD.

Un peu de nostalgie, donc ... la présentation de Point Central : il y a tellement des évocations, que dans la BD les évocations sont plus évocateurs que l'histoire ....

Hans Georg Lundahl
Paris XI
St Pierre Canise
27.IV.2018

samedi 27 janvier 2018

Vous trouvez que, dans le Seigneur des Anneaux, Aragorn aurait besoin d'une parodie?


Genre, Aragorn est tellement intelligent, tellement maître du jeu, tellement celui qui connaît tous les dangers (au moins par rapport aux hobbits)?

Ça vous gratte un peu de le retrouver un peu maladroit? Moi ça ne me grattait pas tellement, mais ça m'a amusé.

Dans L'Or du Québec Chesterfield et Blutch doivent aller en mission secrète vers ... vous l'avez deviné ... le Québec. Hors question d'y aller comme militaires, il leur faut prétendre à être des civils.

Un général nordiste a la mauvaise nouvelle qu'un général sudiste va remporter de l'or de Québec y ayant déjà envoyé ses émissaires. Il fait une grande conférence, bon, un peu discrétos, quand même, où il s'emporte sur la vision comment les Sudistes pourraient prolonger la guerre en ayant cet or.

Au Québec, pas de question de les intercepter par l'armée, on ne peut pas traverser une frontière comme ça. Donc, il faudra les intercepter par ... Chesterfield et Blutch.

Bon, passons un peu, un jours ils arrivent, en civil, à une ville. Dedans il y a une taverne, je n'ai pas noté si c'était Le Poney Fringant, je ne le crois presque pas. L'inspiration passe à Lucky Luke un peu : un homme rentre, tout le monde s'éloigne, il est seul en arrivant au bar. Non, ils n'ont pas peur d'être fusillés par son mauvais humeur, ils ... je passe la parole au pauvre barman qui est obligé de rester.

"J'aime l'odeur des pins. J'aime l'odeur de la fumée. J'aime l'odeur des peau, du cuire, j'aime l'odeur de la sueur, du goudron ..."

(Tu m'étonnes, qu'est-ce que tu fais au Québec du 19e S. autrement?)

"Mais je n'aime pas tous ces odeurs ensemble!"

Le coureur de bois n'est pas totalement convaincu ... il a donc un problème portatif pour l'odorat des autres. Il pue.*

ET il va se prendre les airs d'un Aragorn sans y forcément être à la hauteur. Je vous ai averti, si vous mourrez en avalant le chocolat dans les poumons en riant, je vous ai averti. En lisant quelque chose de très comique, ça peut arriver des malheurs si on mange en même temps. Ne faites pas ça!/HGL

* Citons l'article: Raynald : coureur des bois de la région de Québec, il accepte, moyennant finance, de conduire Blutch et Chesterfield jusqu'à la mine d'or du vieux Léonce. Hélas pour nos deux héros, il se révèle le pire guide qui soit : s' essoufflant rapidement, incapable de nager, pitoyable à la chasse, infesté de poux et, par-dessus tout, dénué de tout sens de l'orientation. Il a un frère François, également coureur des bois, et tout aussi nul que lui. Leur seule différence sont leurs opinions sur la guerre, Raynald étant pour le Nord et François pour le Sud.

mercredi 17 janvier 2018

Tamara 10


Drôle, comme d'hab.

Un peu prévisible, l'attitude à des grossesses à 42 vis-à-vis 15.

42 n'est pas un mauvaise âge pour avoir une quinzième grossesse, et 15 ne l'est pas pour une première.

Dans le contexte moderne, par contre, 42 est un âge très acceptable - on ne peut pas dire inacceptable, une grossesse, c'est une grossesse, et Yoli dit ce qu'on doit dire sur l'avortement - pour une deuxième grossesse et 15 est au moins un âge assez peu acceptable pour une première, dans ce même contexte.

Les arrière-grand-mères des scénaristes et dessinateurs Zidrou et Darrasse ne seraient pas d'accord. Par contre content que Dupuis n'a pas directement sanctionné l'avortement (la capote, malheureusement oui).

C'est d'ailleurs le genre de valeurs qui, par ses conséquences, rend les Stockenstrumpfski hystériques à propos la natalité immigrée et métissée./HGL

jeudi 28 décembre 2017

Non, pas les mêmes artistes


Aujourd’hui, Paris : Maïa, La Boîte de Pandore, Un Secret Bien Gardé. Je n'ai pas encore eu l'occasion de lire Le Cadeau des Dieux. Par Brigitte Luciani et par Colonel Moutarde.

Il y a quelques années, à Carpentras, Hérakles, par Édouard Cour.

Pourquoi ai-je considéré que ça pourrait être les mêmes artistes? Parce que les dieux grecs en Maïa, Vénus, Diane, Saturne et Mars, rappellent Hadès en Hérakles.

Et après avoir regardé la prévue, pas tellement quand même. Les personnages humains sont encore plus différents, ceux en Hérakles très moches, ceux en Maïa par contre assez jolis.

Pour ce qui est de goût, je trouve Maïa plus préférable. Pour ce qui est de réalisme, Hérakles croque ce qui est démoniaque (avec des détours) dans les personnes de la légende grecque./HGL

dimanche 24 décembre 2017

Le Grand Duc


Parlant de la Mère de Dieu, on s'approche à Noël, qui est déjà arrivé en Australie.

Or, parfois des cadeaux sont bienvenus pour la sainte saison sans être eux-mêmes uniquement centrés sur le Christ.

Pour ce genre de cadeaux, je recommande ... un par et un sur Goscinny:

Le Grand Duc, dessiné par Morris, où Goscinny raconte que Lucky Luke fait le réceptionniste nec plus ultra d'un touriste célébrissime et du pouvoir politique, un Grand Duc de la Russie.

Ce qui est en soi assez drôle, souvent, c'est comment il se débrouille. Et là, Goscinny parlait d'expérience. L'autre livre est Goscinny au-delà du rire. On y trouve un temps quand Goscinny lui-même, avec Uderzo et, si je me souviens bien, Charlier, faisait exactement la même chose. Nota bene, pas aux États-Unis, mais en France. Ceci avant de trouver leur propre éditeur./HGL